Dans la même classe, un élève peut souffrir d’une myopie très sévère qui a, en général, été détectée lors de la visite médicale en 3e maternelle (ou avant). Il porte alors une paire de lunette, qu’il garde bien sûr en classe. Les enseignants en tiennent compte en le plaçant près du tableau, ou en lui évitant certaines activités sportives.

Les troubles d’apprentissage ne se repèrent pas lors d’une visite médicale. Ils sont cachés, presque invisibles. Et pourtant, les enfants qui en souffrent présentent aussi des difficultés sensorielles, c’està-dire une grande difficulté à utiliser l’information qui leur parvient par les sens (vue et ouïe) pour progresser dans les apprentissages. Bien sûr les yeux et les oreilles des enfants avec troubles d’apprentissage fonctionnent normalement. Ils ne sont ni aveugles, ni malvoyants, ni sourds, ni malentendants. Néanmoins, leurs systèmes visuel et auditif ne fonctionnent pas tout à fait normalement : un désordre neurologique les empêche de traiter comme tout le monde les caractéristiques visuelles de la langue écrite et les caractéristiques auditives de la langue orale. Et cela, sans présenter aucun déficit d’intelligence. Et il en est de même au niveau de la motricité pour les élèves « dyspraxiques ».

18/02/2018
08/02/2018
08/02/2018
08/02/2018
08/02/2018
08/02/2018
08/02/2018
08/02/2018
08/02/2018
08/02/2018